READING

In Situ : l’incroyable expo de L’Ososp...

In Situ : l’incroyable expo de L’Ososphère 2017 (Strasbourg)

Ososphère 2017 Strasbourg

In Situ : l’incroyable expo du festival de L’Ososphère 2017


In Situ : l'incroyable expo de l'Ososphère 2017 (Strasbourg)

L’Ososphère, de retour sur le site de la Coop en 2017

C’est avec un grand plaisir que je reviens aujourd’hui avec un article sur ce festival Strasbourgeois que nous aimons tant ! Et qui est malheureusement dernière nous ! Pour ceux qui l’ont raté, il avait lieu du 28 avril au 7 mai dernier ! Mais ne bougez pas, je vous propose une séance de rattrapage 😉

Nuits électroniques, exposition et performances artistiques

Quel Strasbourgeois ne connaît pas ce festival ? L’Ososphère c’est avant tout 2 nuits électroniques chaque année, qui jusque là avaient lieu à la fin du mois de septembre. J’y avais participé pour la première fois en 2013 et la programmation était juste folle ! Laurent Garnier, Fatboy Slim, Rone, Kavinsky, pour ne citer qu’eux… J’avais été totalement séduite par le lieu qui accueillaient ces nuits chaudes : la Coop, site industriel du Port du Rhin.

Entourée de vieilles friches et d’usines fumantes, de voies ferrées, de bâtisses aux carreaux cassés animées par le street art, j’aime ce quartier pour son charme industriel, ô combien photogénique ! Un lieu exceptionnel qui offre un formidable espace de résonance à la musique techno, digne des nuits Berlinoises underground. Un bâtiment qui permet de l’extérieur toutes les fantaisies visuelles à travers des projections et autres messages mystérieux. Pour ce qui est de l’intérieur, nous y reviendrons !

Ososphère 2017 Strasbourg

Qualité iPhone ♥

Les deux dernières éditions des nuits électroniques avaient été rapatriées dans la salle de la Laiterie. Résultat : une capacité d’accueil beaucoup plus faible assortie d’une ambiance forcément totalement différente. De quoi nous plomber franchement le moral ! On avait donc attendu ce retour de L’Ososphère à la Coop avec un grand enthousiasme ! Et nous n’avons presque pas été déçus ! Je dis presque car à mon humble avis, la programmation musicale de cette année n’était franchement pas à la hauteur de l’événement ! A part Bjarki et Stephan Bodzin (qui passaient en même temps), nos oreilles n’ont pas été totalement conquises par cette nuit électronique. Pas de découvertes magistrales, des sentiments de déjà entendu et pas mal de fadeur et de longueurs. Autant j’aime énormément la techno, autant les artistes du samedi soir (et c’est davantage le cas encore pour la soirée de vendredi) n’étaient pas trop à mon goût. Dommage !

Ososphère 2017 Strasbourg

L’expo In Situ

Une trentaine d’oeuvres exposées sur 4 étages, dont la plupart proposaient des expériences immersives aux visiteurs. Un parcours artistique exceptionnel et hautement jouissif visuellement ! Je n’aurais oublié mon appareil photo pour rien au monde 🙂

Daydream Infinite (NONOTAK STUDIO)

Une expérience interactive comprenant 4 écrans posés côte-à-côte, donnant l’illusion d’un tunnel infini. Elle a récemment été présentée au Puzzle de Thionville.

Ososphère 2017 Strasbourg       Ososphère 2017 Strasbourg

Ososphère 2017 Strasbourg

Zero Point Two (NONOTAK STUDIO)

Certainement l’installation que nous avons préféré tant elle nous a hypnotisée ! Il s’agissait d’une simple structure géométrique formée de fibres optiques animées dans une chorégraphie de lumière.

Ososphère 2017 Strasbourg

Ososphère 2017 Strasbourg

NECROPOLIS (MARION SCHUTZ)

« NECROPOLIS est une ville miniaturisée. Schématique, sans localisation géographique ni datation temporelle, elle est constituée d’un ensemble modulaire qui révèle des correspondances entre l’architecture brutaliste et l’esthétique de la ruine. »

Ososphère 2017 Strasbourg

ECRAN N°3 (ETIENNE REY)

« Écran est une paroi optique en suspension qui crée une découpe visuelle de l’espace et agit comme un filtre et un amplificateur de lumière. À la fois transparente et réfléchissante, l’installation absorbe l’environnement, filtre et condense la lumière. Écran constitue une surface restituant un état de couleurs, de transparences et de réflexions. »

Ososphère 2017 Strasbourg      Ososphère 2017 Strasbourg Ososphère 2017 Strasbourg

TRAME (ETIENNE REY)

« Composée d’une succession de lames de miroirs verticales et rotatives, l’installation Trame se joue des reflets et de la démultiplication de l’espace. Par un effet de porosité, le dispositif dialogue intensément avec son environnement. Installée dans la verrière de la Cave à vin, Trame fait entrer le paysage du Port du Rhin dans le bâtiment pour le mêler à son architecture et à la situation qui y est proposée. L’installation nous lie à cet environnement industriel né du fleuve et nous invite à le contempler jusqu’à s’y perdre. »

Ososphère 2017 Strasbourg

Ososphère 2017 Strasbourg

Ososphère 2017 Strasbourg      Ososphère 2017 Strasbourg

AS WE ARE BLIND (VÉRONIQUE BELAND)

« Dans la pièce, un piano mécanique joue la partition la plus intime : celle du spectateur. Conductance, température de la peau, poids de la main, rythme cardiaque… As We Are Blind calcule et interprète en temps réel le champ électromagnétique humain sous la forme d’une production musicale et d’une photographique unique. »

En bref, une sorte de photomaton musical du futur sur lequel on pose sa main jusqu’à ce que la magie opère ! Cette drôle de machine nous a permis d’emporter avec nous un joli souvenir de cette splendide exposition ! 🙂

Ososphère 2017 Strasbourg     Ososphère 2017 Strasbourg

CUBISTERE (ARTELLEMENT)

« Le Cubistère est une architecture-objet constituée de parapluies acquis lors d’une vente d’objets perdus et non réclamés. Les architectes Eric Merlo et Benoit Quertier et le graphiste Loïg Retureau, réunis au sein du trio Artellement, se passionnent pour la pratique expérimentale de la matière et de l’espace. Ne résistant pas à l’envie de s’approprier, lors d’une vente d’objets perdus, 250 parapluies, ils se sont laissé interroger par l’aspect anecdotique et technique du parapluie, objet usuel entre tous. »

On a trouvé cette installation très amusante ! Pour y rentrer, il suffisait de marcher sur des plaques qui en s’abaissant, faisaient fermer les parapluies, laissant assez d’espace pour s’immerger dans un abri peuplé d’écrans.

Ososphère 2017 Strasbourg

GOLEM (BK / Digital art company)

Un projet de sculptures augmentées. Des flux vidéo que l’on a projeté sur des bustes d’œuvres classiques pour leur redonner vie.

Un plus bel aperçu en vidéo !

Ososphère 2017 Strasbourg      Ososphère 2017 Strasbourg

CHLOROPHYLLIAN BEATS (STÉPHANE KOZIK)

« Un système de perfusions médicales est installé au dessus des plantes. De petits micros, placés sous chaque feuille révèlent le son des gouttes qui tombent. »

Ososphère 2017 Strasbourg      Ososphère 2017 Strasbourg

TENSIONS DISSONANTES # (MATHIAS ISOUARD)

« Adossé à une verrière qui ouvre sur le paysage portuaire, Tensions dissonantes # révèle les effets et propriétés acoustiques d’un matériau en vibration qui semble avoir été trouvé là. » Ici une fine tôle d’aluminium mise en mouvement (vidéo).

Ososphère 2017 Strasbourg

Manger à l’Hinterland

Toujours sur le site de la Coop, les visiteurs avaient aussi l’opportunité de manger dans ce restaurant éphémère. Tenu par le chef Olivier Meyer, il s’agissait d’un espace d’expérimentation culinaire dans une logique de « manger plus sainement ».

Ici une assiette à base de fromage de chèvre, d’amandes de Sicile et de spiruline fraîche récoltée au petit matin, par mon scientifique d’amoureux ! 🙂

Cuisiner la spiruline

Quel avenir pour la Coop ?

Le site se dégradant dangereusement au fil des années, il est urgent d’entreprendre des travaux pour pouvoir conserver ce précieux patrimoine. Il faudrait donc certainement attendre 2 ans de travaux pour pouvoir à nouveau s’y retrouver !

L’été dernier la ville avait fait part de son intention d’investir pas moins de 20 millions d’euros sur ce site. Objectif : en faire un quartier composé d’ateliers d’artiste, de lieux d’expo et de concerts, de logements et de commerces. Le tout en essayant de conserver un maximum des bâtiments existants pour ne pas perdre l’identité du site. Un projet ambitieux qui inquiète certains artistes qui occupent la Coop depuis des années et qui craignent de ne pas pouvoir conserver cet espace de liberté.

Ososphère 2017 Strasbourg

J’ai entendu des rumeurs qui disaient que ce lieu n’accueillerait plus de concerts puisqu’il y aurait avant tout des bureaux, des commerces et de l’habitat. S’il est effectivement prévu d’y aménager des logements, je vois mal comment les nuisances sonores pourraient être supportables. En témoigne la puissance des basses des nuits électroniques, qui se faisaient entendre jusqu’à chez nous, alors que nous habitons à 10 min à vélo du site.

En tout cas, j’espère profondément que ce lieu restera culturel avant tout étant donné son potentiel incroyable pour des activités créatives ! D’autant plus que depuis la fin du mois d’avril, les Strasbourgeois peuvent enfin y accéder avec la nouvelle ligne de tram, qui va jusqu’en Allemagne. Et ça, c’est vraiment une bonne nouvelle ! 🙂

Ososphère 2017 Strasbourg

Et vous, avez-vous apprécié cette édition de L’Ososophère ?

Quelle est l’oeuvre qui a le plus attiré votre attention ? 🙂

XOXO


RELATED POST

  1. Les vinyles en 3D m’ont impressionnés, tout comme les lasers (fibre optique). Ensuite c’est clairement le contexte général underground qui m’a plu !
    Super article, très bien illustré comme d’hab 😉

    • Marine Lepaul

      26 mai

      Merci beaucoup pour le compliment ! 🙂

  2. Lauratomic

    18 mai

    Très bel article, de superbes photos et une rédaction très agréable à lire, comme souvent ! 🙂 Tu parviens à donner forte envie d’y retourner !

    • Marine Lepaul

      26 mai

      ♥♥♥♥

  3. Pour le coup, je regrette franchement de ne pas avoir pu me déplacer à la Coop ! Les concerts annoncés me semblaient sympa mais sans plus, j’ai donc laissé ma place… Puis j’ai eu une flemme monstre de bouger voir les expositions, alors que ça avait l’air magnifique ! Je n’ai entendu que du bien de Daydream Infinite en tout cas.

    Et bravo pour tes photos, elles sont vraiment très très chouettes !

    • Marine Lepaul

      26 mai

      C’est dommage en effet ! J’espère qu’il y aura d’autres occasions lorsque les travaux seront terminés !
      Merci pour ton commentaire !
      Bises 🙂

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSTAGRAM
FOLLOW ME